Les valeurs bancaires plongent suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie

Bénédicte Augé05/03/22 (mise à jour il y a 5 mois)russie, ukraine, swift

Les valeurs bancaires plongent suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie
Les valeurs bancaires plongent suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie

Commentaires

La récente invasion de l’Ukraine par la Russie a eu un impact considérable sur les marchés financiers. Après avoir progressé de près de 40% en 2021, les banques européennes se retrouvent grandement impactées par ce conflit et ont chuté violemment suite à cette annonce. Pour cause, de nombreuses sanctions financières et économiques ont été infligées à plusieurs banques russes afin de geler les actifs russes et ainsi pénaliser son économie. Ainsi, les établissements financiers disposant d’une forte présence en Russie ont plongé peu de temps après l’annonce de l’invasion de l’Ukraine.  La Deutsche Bank a déclaré avoir mis en place des plans d'urgence et Allianz a indiqué avoir gelé son exposition aux obligations d'État russes. Pourquoi les valeurs bancaires européennes ont-elles chuté ? Et quelles peuvent être les conséquences sur l’économie ?

Valeurs les plus exposées

Les banques européennes sont touchées par la coupure de l'accès à SWIFT pour la Russie. L'exclusion des banques russes de SWIFT et le gel des actifs de sa banque centrale auront un impact massif sur le secteur financier russe. Cependant, cela aura également un impact sur les banques européennes qui traitent les paiements pour les transactions d'exportation et d'importation russes et qui ont une exposition dans le pays. L'italien UniCredit et le français Société Générale sont parmi les banques européennes les plus exposées à la Russie. BNP Paribas a par ailleurs annoncé avoir une exposition nette résiduelle à la Russie et à l’Ukraine d’environ 500 M€, qui serait cependant couverte par un niveau important de garanties et de collatéral. Selon les données de la Banque des règlements internationaux (BRI), l'exposition des banques européennes à la Russie dépasse de loin celle des banques américaines, faisant des établissements financiers européens, notamment la France, l'Italie et l'Espagne, les plus vulnérables au monde à une crise russe. Lors de l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014, de nombreuses banques mondiales ont fortement réduit leur exposition au régime de Vladimir Poutine. Mais les entreprises de certains pays européens ont été séduites par les profits offerts. Les prêteurs italiens et autrichiens ont en fait augmenté leurs activités combinées en Russie depuis début 2015. Les banques françaises ont réduit leurs prêts russes sur la même période, mais la Société Générale a toujours une présence significative dans le pays.

Les banques italiennes et autrichiennes ont augmenté leurs prêts russes depuis 2015, alors que d'autres ont diminué. Source : Bloomberg
Les banques italiennes et autrichiennes ont augmenté leurs prêts russes depuis 2015, alors que d'autres ont diminué. Source : Bloomberg

Système SWIFT

Ces banques européennes qui ont une exposition aux banques russes ont grandement chuté en bourse suite à l’exclusion de plusieurs banques russes à la plateforme interbancaire SWIFT (Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication) qui est essentielle aux échanges financiers mondiaux. Selon l'Union européenne, environ 70% du secteur bancaire russe est actuellement concerné par les sanctions. L'accès de la banque centrale russe aux marchés des capitaux a également été restreint, la présidente de la Commission européenne souhaitant « paralyser » ses actifs. Sept banques russes ont été exclues du système Swift : VTB Bank PJSC, Bank Rossiya, Bank Otkritie, Novikombank, Promsvyazbank PJSC, Sovcombank PJSC et VEB.RF. La Sberbank, le plus grand créancier russe, et la Gazprombank n'ont pas été incluses dans la liste car elles constituent les principaux canaux de paiement pour le pétrole et le gaz russes, que les pays de l'Union Européenne continuent d'acheter. L’exclusion de la plateforme SWIFT va mettre à mal l’économie russe puisqu'elle permet d’assurer rapidement le paiement ou transfert de fonds d’une organisation vers une autre, tout en minimisant les coûts de transaction, grâce à l’uniformisation des messages et identifiants. La Russie est un acteur majeur de cette plate-forme avec environ 300 membres, ce qui la place en deuxième position après les États-Unis. Restreindre l’accès de ces 300 institutions à la plate-forme implique nécessairement un ralentissement important des échanges financiers avec la Russie, et donc une baisse de revenus importante.

Conséquences sur l’économie

L'impact de la crise sur les marchés financiers et toute atteinte aux échanges commerciaux sont préoccupants. Les banques d’investissement s’inquiètent de l’effet des sanctions sur les contrats à terme liés au pétrole et au gaz russe, ou sur les swaps de défaut de crédit sur la dette russe. Des craintes de cyberattaques contre des sociétés financières américaines par des pirates informatiques liés au Kremlin sont également apparues. En effet, avec les tensions diplomatiques entre la Russie et l’Ukraine, la Banque centrale européenne et le département des services financiers de New York craignent une cyber attaque de la part de la Russie sur les institutions financières. Si les pays occidentaux s’inquiètent d’une telle action, c’est parce que l’Ukraine a subi le 14 janvier dernier des piratages de sites gouvernementaux. Les grandes banques russes sont profondément intégrées dans le système financier mondial, et les sanctions prises à l'encontre des plus grandes institutions pourraient avoir d’importantes répercussions sur l’économie russe mais également sur ses partenaires commerciaux.

Point technique

Les cours de Société Générale
Les cours de Société Générale (GLE.FR) ont stoppé le sell-off au niveau du support à 22,857 et se redressent en direction de la résistance à 25,033. En cas de franchissement de ce niveau, le mouvement haussier pourrait s’étendre en direction de la résistance à 25,892. On remarque d’un point de vue technique que le RSI s’apprête à franchir la zone de survente à 30, ce qui généralement nous donne un signal d’achat. Source : xStation5

Retrouvez SOCIETE GENERALE et plus de 2000 autres actions sur la plateforme xStation et investissez avec 0% de commissions

S'inscrire sur XTB

Dernière mise à jour le 05/03/22

Articles que vous pourriez aimer