Des pressions baissières sur les marchés actions : simple correction, krach boursier ou opportunités ?

Des pressions baissières sur les marchés actions : simple correction, krach boursier ou opportunités ?

Après deux années de hausses exceptionnelles sur l’ensemble des bourses mondiales, avec des nouveaux plus hauts historiques sur les indices et sur la plupart des actions, la musique semble ralentir dans un contexte géopolitique et macroéconomique mondial de plus en plus tendu.

Grâce à l’action des banques centrales, à commencer par la FED (la banque centrale Américaine) suivi par la BCE (la banque centrale Européenne), de grandes quantités de liquidités, plusieurs centaines de milliards, ont alimenté la croissance mondiale. En effet, avec des taux d’intérêts nuls ou quasi nuls, l’économie mondiale a pu profiter de cet apport d’argent pour réaliser d’importants investissements, pour dynamiser la compétitivité et donc, in fine la croissance.

Le principal acteur de ces deux dernières années vertueuses sont les Etats-Unis, avec une croissance exemplaire, un taux de chômage parmi les plus bas de son histoire et des entreprises qui ont su gagner des parts de marché dans le monde entier. Les économies Européennes et celles des pays émergents ont donc pu bénéficier de cette locomotive économique pour rompre définitivement avec la période d’après crise des subprimes. Une période d’autant plus laborieuse en Europe, où certains pays, surtout ceux du sud de l’Europe, se sont fortement endettés pour enrayer l’effondrement de leurs économies et/ou avaient dû recourir à des plans d’austérité drastique, nous avons tous en mémoire le cas de la Grèce.

Depuis quelques semaines, l’euphorie générale laisse place à une certaine appréhension. Quelques pays émergents ont récemment connu des difficultés, avec des conséquences à moyens terme pour leur économie. On peut ici citer le cas de la Turquie qui s’est vu contrainte de dévaluer sa monnaie dans une relative précipitation ou encore les pays d’Amérique Latine.

Si les économies des pays émergents ont calmé doucement l’euphorie qui planait jusqu’alors sur les marchés boursiers, ce sont bien des éléments provenant des économies développées qui commencent à susciter l’appréhension et à réveiller les inquiétudes d’une correction des prix ou d’un potentiel krach boursier.

Les banques centrales commencent à rehausser doucement leur taux d’intérêts, et la crainte d’une baisse des liquidités et de la fin des crédits quasis gratuits font craindre aux investisseurs un ralentissement de la croissance mondiale, notamment en Europe et aux Etats-Unis. A cela s’ajoute, en Europe, la situation complexe du Brexit, où le flou demeure, la hausse de l’extrême droite lors des dernières élections allemandes qui pourraient fragiliser Merkel, or l’Allemagne est la locomotive de l’économie Européenne. A cela vient s’ajouter le dossier italien, avec un endettement trop important pour l’économie, un budget irréaliste qui a été rejeté par l’Europe et un gouvernement qui certes n’est pas anti Européen mais demeure assez souverainiste. Or on le sait, les investisseurs n’apprécient pas l’incertitude, ils préfèrent savoir où ils vont plutôt que de naviguer à vue.

En outre, la croissance américaine commence également à montrer des signes d’essoufflement. Les statistiques économiques américaines sont de plus en plus mitigées depuis quelques semaines. Et les publications des résultats le confirment : après une première semaine de résultat très positifs, la deuxième a vu pas mal de grandes entreprises américaines décevoir les attentes des analystes, bien que l’on attende encore les résultats des géants des nouvelles technologies Google, Amazon…

Les résultats mitigés pèsent sur les anticipations de croissance américaine, dans un contexte d’un renchérissement du dollar, lié à la hausse des taux, qui pourrait pénaliser les futures exportations, ces même exportations qui représentent une part significative du chiffre d’affaires des sociétés américaines. D’autant plus que les tensions avec la Chine, qui demeurent l’un des principaux partenaires économiques des Etats-Unis et vice-versa, laisse également planer des doutes quant à la capacité pour ces économies à ne pas voir leur croissance se resserrer, et par extension, la croissance mondiale.

Deux possibilités surviennent alors:

Certains analystes anticipent déjà un krach boursier, similaire à celui de la crise des subprimes.

D’autres, plus mesurés, anticipent plutôt une correction, un ajustement des prix par rapport au contexte économique, estimant qu’il n’y a pas de signes alarmistes mais que les actions sont effectivement trop chères et que leur prix doit s’ajuster à leur valeur fondamentale.

Comment jouer en bourse pour bénéficier de ces opportunités ?

En effet, qui dit krach boursier ou correction des marchés, dit également opportunités d’investissement. Mais pour profiter de ces opportunités qui se dégagent en temps de baisse sur les marchés, il est bon de garder en tête l’adage On n’attrape pas un couteau qui tombe.

Quel que soit le scénario baisser, baisse ou krach, on ne peut pas espérer jouer correctement en bourse en achetant au premier signe d’accalmie après une correction, dans un contexte baissier. Il conviendra plutôt d’attendre que les marchés se stabilisent, de repérer les actions qui étaient chères et qui sont maintenant bon marché, et enfin d’attendre de bons fondamentaux sur ces valeurs ainsi que des éléments confirmant le retour à une hausse proportionnée sur ces valeurs.

A titre d’exemple, de nombreux gestionnaires de fortune et investisseurs ont attendu la fin du mouvement baissier initié en 2008, et ne sont entrés sur les marchés qu’en 2010/2012. Certes, ils n’ont pas gagné d’argent lorsqu’ils attendaient, mais n’en ont pas perdu non plus. En achetant peu cher des valeurs solides à un prix inférieur à leur valeur réel, ceux-ci ont par la suite bénéficié de presque 8 ans de hausse continue sur ces valeurs, voyant la valeur de certains titre multipliée par 3, tout en encaissant des dividendes pour patienter.

Il est donc tout à fait possible de de jouer en bourse dans un contexte baissier et de transformer les craintes en opportunités. Mais ne vous précipitez pas, prenez le temps de confirmer les tendances et les fondamentaux pour devenir un investisseur averti.

Dernière mise à jour le 31/10/18

Continuer cette discussion sur le forum