Vivre du trading : Quand le rêve devient réalité

Vivre du trading : Quand le rêve devient réalité

Il y a une dizaine d’années, le trading était une occupation dédiée aux élites, seulement accessible depuis les capitales où siègent les grandes places boursières : Londres, New York, Hong Kong, Tokyo, Paris… Le mythe du golden boy était au plus fort et la Bourse, loin de nos préoccupations. Que de chemin parcouru! Aujourd’hui, le trading est en pleine mutation et le métier des traders évolue de jour en jour. Les interactions physiques n’étant plus nécessaires pour percer dans ce domaine, il ne suffit que d’un ordinateur et d’un compte en banque pour spéculer sur les marchés financiers aux cotés des professionnels… De quoi amener des personnes sans expériences à vivre grâce au trading ? On dirait bien.

La finance et les informations, de niveau mondial, sont désormais au cœur de nos vies. Ce qu’un trader particulier (indépendant des institutions financières) possède, ce qu’il sait, vous êtes aussi en mesure de le posséder, de le savoir.  Ils le confirment eux-mêmes. La finance étant désormais le secteur le plus régulé en France, il n’y a presque plus de secrets. Spéculer et investir ne sont plus des activités réservés aux banques ou aux riches entrepreneurs. Selon l’AMF, 90% des particuliers qui s’essayent au trading perdent de l’argent. Les plus impatients perdraient même des sommes considérables. Qu’en est-il des autres ? Ils ont trouvé leurs voies et ce passe-temps devient bien vite une occupation à temps complet.

Pas besoin d’une formation universitaire. De plus en plus d’individus se tournent vers les marchés financiers et ils apprennent sur le tas. La majorité des grands traders sont d’ailleurs des self-made men, des autodidactes qui ont su s’imposer. Il suffit de lire quelques témoignages ou de jeter un œil aux trois opus de « Traders : Millions by the minute », produit par la BBC. Alors que ce documentaire dévoile, avec une profondeur inégalée, la vie et les perceptions des traders pros, nous comprenons aussi que le secteur est plus accessible que jamais. 

Trader, c’est presque une nouvelle tendance. On consulte son iPhone, on règle les signaux, on réfléchit et enfin, on investit. Peu d’emplois offrent ce que le trading propose : des journées qui ne se ressemblent jamais (le marché évolue constamment), des approches qui englobent les événements mondiaux, beaucoup d’adrénaline et une réflexion qui n’engage que vous… et vos fonds. A l’heure où les hommes souhaitent créer de la richesse quoi qu’ils fassent, où qu’ils aillent, sans générer des conséquences potentiellement désastreuses, les marchés financiers répondent idéalement aux attentes de l’homme moderne.

Le boulot idéal ? Non. Pour vivre du trading, on doit entièrement s’y consacrer. Pour un trader particulier, il n’y a pas d’heure de débauche. On dit qu’en général, à Wall Street, les professionnels dépassent rarement la trentaine. Trader à temps plein demande une énergie considérable doublée d’une importante résistance à la pression. Pour réussir en Bourse, il est nécessaire d’être logique, rigoureusement logique. Si les bénéfices qu’engendrent le trading font rêver, investir des centaines, voir des milliers d’euros sur une spéculation demande un sang-froid remarquable. Encaisser des transactions perdantes, c’est aussi une part du quotidien des boursiers.

En France, il est légalement possible d’être trader particulier et d’effectuer ses transactions chez soi, selon ses propres horaires. Vous serez taxé en conséquence de vos gains, bien entendu. Aucun diplôme n’est nécessaire, à moins que vous ne souhaitiez passer au service d’un fond d’investissement ou d’une banque après quelques années. De même, lorsque vous posséderez une approche particulière, votre propre plan de trading, vous serez en mesure d’étendre votre activité en assurant des formations, des visioconférences ou en écrivant des articles comme bon nombre de traders particuliers. 

Dernière mise à jour le 22/07/16

Continuer cette discussion sur le forum