Où faut-il placer son argent durant la crise du Coronavirus?

Où faut-il placer son argent durant la crise du Coronavirus?

Une baisse violente des marchés

La chute des bourses mondiales suite à la pandémie de coronavirus a été violente. Elle l’est toujours. Nous sommes d’ailleurs entrés en marché baissier dans la plupart des places boursières (baisse de plus de 20% par rapport au dernier plus-haut).

La propagation du covid-19 n’est pas terminée, loin de là, même si le confinement est largement adopté dans près de 60 pays. Les marchés ne sont donc pas près de repartir de sitôt, même si nous allons probablement assister à une grande volatilité, à la baisse comme à la hausse.

Dès lors, c’est peut-être le bon moment d’entrer sur les marchés, ou de commencer à y entrer, du moins certainement à y réfléchir… Mais où et comment investir dans ces conditions plus qu’incertaines ? Ne faut-il tout simplement pas attendre que cette crise sanitaire s’estompe et que l’économie reparte ? Nous ne sommes pas à l’abri d’une chute encore plus violente des marchés, même s’ils semblent avoir repris du poil de la bête fin mars 2020.

MAIS… après un tel effondrement des prix, il est normal de voir le marché rebondir ici ou là.

Alors comment s’y prendre ?

Il ne s’agit donc certainement pas d’essayer de trouver ou d’attendre le point bas du marché. Personne ne peut y arriver, et c’est seulement a posteriori que l’on va pouvoir dire « le point bas était là… »

Malgré ces incertitudes, il serait bête de ne pas profiter de cette situation boursière, certains diront de profiter des « soldes ». Mais quelle stratégie adopter ? Que faut-il acheter et surtout quand faut-il le faire ?

Il y a ici deux théories qui s’affrontent, ceux qui vont essayer de sélectionner des actions ou des secteurs spécifiques, et ceux qui adopteront une stratégie globale. Pour ma part j’opte pour la deuxième option.

Pour faire simple, c’est le débat entre gestion active et gestion passive.

Par rapport à la situation actuelle et pour les mois à venir, certains secteurs et certaines entreprises vont en effet avoir beaucoup de mal à s’en sortir et vont être malmenées sur les marchés, sans doute plus que la moyenne. A l’opposé, d’autres vont être moins impactés. Le challenge pour la gestion active et ceux qui souhaitent se positionner sur des titres spécifiques est de justement trouver ces entreprises ou ces marchés qui vont le mieux performer les mois à venir. Et ce n’est pas chose aisée. Certes, on sait que les secteurs des transports et du tourisme seront et dont déjà fortement impactés.  Mais ensuite ? Comment trouver les bons élèves ?

A titre personnel donc, j’ai opté pour une stratégie globale et long terme qui s’apparente à la gestion passive. Autrement dit, il s’agit d’acheter le marché actions dans sa globalité (avec des ETFs de type S&P500 ou Monde) de façon périodique et automatique, toutes les semaines ou tous les mois par exemple. Grâce à cette méthode simple, je ne me préoccupe en rien de savoir quand le marché va réellement remonter, et je profite des baisses. C’est par ailleurs une pratique bien plus prudente. Car en essayant de sélectionner des titres individuels, on peut gagner plus mais en revanche il est possible de perdre beaucoup.

Sur quels marchés se positionner ?

Jusqu’ici il était question du marché actions. Mais il y a aussi les obligations (état et entreprises), les matières premières comme l’or, les devises, les crypto-monnaies… ou encore l’immobilier.

Faut-il par exemple miser sur l’or ? C’est un refuge classique en période de crise ou d’incertitude. Il n’est pas inutile de s’y intéresser, mais cela ne devrait pas représenter ou peser trop dans son allocation d’actifs.

Aussi, on peut regarder de plus près les obligations et les taux d’intérêts qui en ont encore pris un coup récemment. Le taux US 10 ans est ainsi passé de 1,50% à 0,60% en quelques semaines, soit une baisse de 60% !

Le mot d’ordre comme souvent est la diversification. Il faut savoir que sur le long terme, le marché actions est le plus rémunérateur. 

Par ailleurs, une fois l’épidémie passée, les économies mondiales vont peut-être avoir du mal à redémarrer mais la machine va tout de même repartir, aidée par les flux massifs de liquidités versés par les banques centrales.

En d’autres termes, même s’il y a un positionnement tactique à court-terme pouvant être mis en œuvre, il faut penser d’ores-déjà au long terme.

Et après la guerre Covid-19 ?

En ce qui concerne le long terme, il y a là aussi deux pensées qui s’opposent : ceux qui prédisent que tout ou presque redeviendra comme avant, c’est ma position, et ceux qui au contraire pensent que suite à cette crise sanitaire/économique, pas mal de choses vont changer et que « rien ne sera comme avant ». 

Pour moi, la première option est la plus probable : l’histoire nous a montré que malgré les crises, quelles qu’elles soient, l’économie libérale et les marchés financiers reprennent le dessus et avancent « comme d’habitude ». C’est peut-être cynique mais c’est la réalité.

Le changement vers une économie verte et socialement responsable n’a pas attendu le coronavirus pour être entamé. Et dans cette prise de conscience globale, s’il y en a une, l’économie de marché va perdurer et restera intacte.

Qu’en pensez-vous ? Le Covid-19, l’état d’urgence, le confinement… vont-ils changer quelque chose ? Les marchés financiers vont-ils être remis en cause ? Le système global actuel va-t-il être chamboulé à cause d’un virus ?

Dernière mise à jour le 06/04/20

Continuer cette discussion sur le forum